35e édition du Concours des Vins de Chablis dévoile ses résultats : 27 médailles décernées

C’était une très bonne nouvelle, que 35e édition du Concours des Vins de Chablis 2021 a pu quand-même avoir lieu malgré le contexte sanitaire difficile.

La compétition pour sa 35e année consécutive s’est déroulée le 23 janvier dernier à Beine, dans une commune viticole à quelques kilomètres de Chablis, tout dans un contexte inédit en respectant toutes les mesures sanitaires en vigueur.

Seulement 46 juges-experts (habituellement le nombre est double) ont dégusté 321 échantillons dans chacune de catégorie : Petit Chablis, Chablis, Chablis Premier Cru et Chablis Grand Crus et ont décerné 27 médailles.

Cette année le concours portait sur les millésimes 2019 pour les appellations Petit Chablis, Chablis et Chablis Premier Cru et 2018 pour Chablis Grand Cru.

Particularité de ce concours organisé par l’Office du Chablis en partenariat avec le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) : les professionnels présentant des échantillons ne sont pas autorisés à participer en tant que membre du jury.

Les jugent dégustent les vins en deux temps : après la première dégustation collective par l’ensemble de juges, les échantillons ayant obtenu les meilleures notes lors de cette première étape, passent ensuite l’épreuve du Super Jury, le seul habilité à décerner les médailles et des nominations spéciales.

Ces distinctions sont utilisées par le BIVB lors de ses opérations promotionnelles menées en France et à l’étranger, ces médaillés sont les ambassadeurs des vins de Chablis pendant un an.

35e édition en 5 chiffres :

321 échantillons en compétition

77 domaines viticoles et Maisons

27 médailles

36 nominations

46 juges-experts

Les résultats complets : http://bit.ly/ConcoursChablis21

Bref analyse de millésimes dégustés :

2019

Un millésime en deux temps : froid puis chaud.

Les gelées matinales grille les bourgeons à plusieurs reprises, jusqu’au mois de mai.

Chaleur et sécheresse se sont ensuite installées avec des températures qui dépassent les 40°C. La pluie tant attendue ne tombera qu’en fin de vendanges. A l’aube de la récolte, les vignes demeurent saines, mais les grappes sont millerandées et les grains de raisin plutôt petits.

Etonnement, l’acidité est préservée et les équilibres sont beaux. Seule petite ombre au tableau, c’est le volume de récolte. Heureusement 2019 fait suite au généreux millésime 2018, qui a permis de reconstituer les stocks.

2018

Ce millésime est un cadeau du ciel, après deux années de petites récoltes. Il allie volume et qualité et redonne le sourire aux vignerons.

L’hiver connait des pluies importantes permettant de reconstituer les réserves hydriques. La végétation démarre tôt, elle échappe néanmoins aux gelées de printemps.

Puis, la météo favorise le bon développement de la vigne. Un été chaud et sec s’installe durablement, mais la vigne résiste au manque d’eau grâce aux réserves du sol.

Au final, les vins sont complexes, expressifs, généreux, avec une belle fraîcheur préservée.

Chablis en bref :

Chablis, la région la plus septentrional de la Bourgogne, est un vignoble de bassin sédimentaire, la zone dépressionnaire, occupée par la mer à une certaine époque.

Son sous-sol est appelé kimméridgien, est en fait un étage géologique datant du jurassique supérieur, d’il y a environ 150 millions d’années.

A Chablis, on trouve dans le sous-sol des marnes grises qui alternent avec des bancs de calcaire parfois très riches en fossiles « d’Exogyra virgula », petite huître en forme de virgule caractéristique des marnes du kimméridgien moyen et supérieur.

C’est dans ce sous-sol très particulier, que les vins de Chablis puisent leur typicité, leur pureté, leur finesse,  surtout leur minéralité.

Aujourd’hui, sa surface plantée en vignes est d’environ 5700 ha de chardonnay (cépage unique de l’appellation) pour une production moyenne l’équivalent de 34,3 millions de bouteilles (chiffres moyens sur 5 ans).

Néanmoins toute la surface en appellation n’est pas encore plantée : la zone délimitée compte 6800 hectares répartis le long de la vallée du Serein, la rivière qui traverse le vignoble du sud au nord avant de se jeter dans l’Yonne.

Adresses utiles :

www.vins-bourgogne.fr